Sherblues & Folk: 9 questions à Suzanne-Marie Landry


Le Sherblues et Folk prendra d’assaut les rues et établissements du centre-ville de Sherbrooke du 6 au 8 juillet 2017! Pour l’occasion, nous sommes allés à la rencontre de la nouvelle directrice générale du Théâtre Granada et organisatrice de l’événement, Suzanne-Marie Landry. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a le blues dans le sang! D’ailleurs, ne vous surprenez pas trop de la voir jouer de l’harmonica sur une des scènes du festival…!

 

1-     D’abord, pouvez-vous m’en dire plus sur votre parcours professionnel?

« La semaine prochaine, le Sherblues et Folk sera ma 150e organisation d’évènements majeurs. En effet, j’ai été entrepreneure (propriétaire de l’entreprise Les Productions Bleues Inc.) pendant plus de 15 ans et j’ai réalisé une série de différents festivals et congrès d’envergure dont la tournée des villes en blues (Sherbrooke en Blues, Trois-Rivières en Blues, Jonquière en musique, et les festivals de blues de Rimouski et Rivière du Loup). J’ai aussi produit, financé et organisé le Festival international du blues de Tremblant pendant 12 ans, la Fête des vendanges Magog-Orford pendant 9 ans, la Traversée internationale du Lac Memphrémagog pendant 2 ans, le Festival des Rythmes du monde, qui est devenu par la suite les Traditions du monde pendant 3 ans, Sherbrooke pour rire (pendant 3 ans) La semaine québécoise de Chamonix en France, le Bromont Blues & BBQ,  la Classique à l’OSS, la Tournée promotionnelle du Festival de Jazz, la Tournée promotionnelle Bucanero avec Paulito FJ à Cuba, ainsi que plusieurs lancements de programmation de médias, des congrès et évènements culturels et gastronomique. J’ai travaillé comme responsable des relations médias pour le Festival Cancun et Riviera maya Wine and food Festival.

J’ai aussi travaillé dans les médias, comme directrice des ventes pendant 10 ans à la Tribune et à la radio d’Astral et au développement économique et touristique de la Ville de Bromont.

Détentrice d’un MBA de l’Université de Sherbrooke, je dirige actuellement le Théâtre Granada. C’est un retour pour moi puisque je l’ai dirigé pendant 3 ans alors qu’il avait connu d’importantes difficultés. J’ai travaillé à son redémarrage et son redressement. »

 

2-     Quelles sont vos passions?

 

« Je suis passionnée de musique, de tous les styles, autant du blues, du rock lourd, de la musique techno que de la musique classique. J’ai d’ailleurs fait partie du conseil d’administration de l’Orchestre symphonique de Sherbrooke pendant quelques années.

J’aime apprendre (j’adore l’économie et les langues), lire, m’informer. J’ai habité et travaillé à Cuba en tourisme. Ce pays me fascine. J’ai traversé l’Amérique, du Nord au Sud. J’ai aussi habité au Mexique et au Pérou. »

 

3-     Êtes-vous une amatrice de blues?

 

« Le jour de mes 13 ans, ma sœur m’a acheté un disque de James Cotton et un harmonica. J’ai eu la piqûre. Depuis ce temps, j’ai joué de l’harmonica avec plusieurs musiciens (toujours pour le plaisir). Je suis une grande amatrice de blues, tous styles confondus. »

 

4-     Pouvez-vous me parler de la programmation du Sherblues 2017?

 

« C’est 31 spectacles sur trois scènes extérieures et cinq scènes intérieures. On y retrouve de tout pour tous les goûts. On commence avec Sharrie Williams une chanteuse soul originaire du Michigan. Jonathan Roy suivra sur la scène de la Sud. Des artistes de renom comme l’Italienne Rita Chiarelli, Nanette Workman, Samuele (gagnante du Festival International de la Chanson de Granby, Delgres (des Parisiens aux influences créoles), Guy Bélanger (harmoniciste incroyable qui revient de la tournée de Céline Dion). Bref c’est une programmation variée, qui plaira aux amateurs mais aussi aux néophytes. En fait, tous les spectacles sont des découvertes.

C’est aussi une édition plus féminine. Nous avons une nouvelle scène (Rythme et Blues) sur Wellington Nord qui est réservée exclusivement aux Blues Women. Dans la programmation régulière, il y a aussi beaucoup de femmes musiciennes. C’est aussi une édition où plusieurs thèmes ont été développés : soirée guitare, soirée harmonica, etc… »

 

5-  Quels sont vos coups de coeur pour cette édition?

 

« Je suis très fière que mes amies blues women aient accepté mes invitations. Je pense à Deanna Bogard (pianiste saxophoniste), Rita Chiarelli, Sharrie Williams, Nanette, Angel Forrest et Les Jalouses du blues sous la direction musicale de Nadine Turbide. J’ai hâte de tout voir et de tout entendre! »

 

6-  Quels sont vos principaux objectifs ou projets pour l’année à venir?

 

« J’aimerais développer l’événement, l’amener plus loin, mais surtout, mieux le financer. Le Sherblues et folk est rendu à une étape importante de son développement et les finances doivent suivre si on veut continuer de le bonifier.

L’an prochain, je souhaite également utiliser davantage le Théâtre Granada pour la présentation de spectacles majeurs.

Les commandites doivent faire partie de nos priorités. Nous avons beaucoup à offrir. »

 

7-     Que pensez-vous de la scène culturelle en Estrie ?

 

« La scène culturelle en Estrie est dynamique et diversifiée. Sherbrooke est une des rares villes où on peut étudier la musique de la maternelle à l’université. C’est une ville d’où émergent de nombreux talents. »

 

8-     Par quelles caractéristiques pourrions-nous la définir?

 

« Les Cantons-de l’Est regorgent de talent dans tous les domaines, tant en arts visuels qu’en musique et en danse. Je dirais forte et diversifiée. »

 

9-     Quel est le principal défi à relever en tant que directrice générale du Théâtre Granada?

 

« Le principal défi est d’intéresser les grandes entreprises de productions internationales à reconnaître davantage notre salle de diffusion comme un incontournable pour les tournées nord-américaines. Il faut donc développer la notoriété et la reconnaissance de la marque auprès des producteurs et locataires. »

 

Pour tout savoir sur le Sherblues & Folk :

http://sherblues.ca