L’exposition Traces et passages | Hôtel Wellington : regard sur une institution abandonnée


Une exposition à visiter absolument pour sourire de nostalgie (pour ceux qui ont connu les belles années de l’Hôtel Wellington) ou pour frissonner de peur (pour ceux qui n’aiment pas les lieux abandonnés). Dans tous les cas, personne n’est indifférent aux clichés de Jean-François Dupuis.

Le projet Traces et passages | Hôtel Wellington

Le projet Traces et passages | Hôtel Wellington du photographe Sherbrookois Jean-François Dupuis est né d’une visite de l’artiste à l’intérieur de l’hôtel Wellington. Le lieu maintenant abandonné a été construit en 1928 et peut se vanter d’avoir accueilli nul autre que Louis Armstrong, de passage pour un spectacle.

Depuis mon arrivée en sol sherbrookois, je dois avouer que je n’ai jamais cru que l’Hôtel Wellington était un lieu chic ou splendide, comme il a été décrit dans les médias lors de l’annonce de sa démolition. L’image que j’en avais ressemblait énormément aux clichés que j’ai vus lors de l’expo.

Mes impressions

Lorsqu’on regarde les photos de l’hôtel Wellington pendant ses années de gloire, on remarque le luxe et le chic. En visitant l’exposition Traces et passages | Hôtel Wellington, on remarque que tout lieu à l’abandon peut rapidement devenir digne d’un film de Stanley Kubrick.

 Ma fan Fiction

Cet endroit, qui aurait très bien pu être utilisé comme lieu de tournage pour la Stranger Things, regorge d’un cachet qu’on retrouve uniquement dans le upside down.

Traces et passages | Hôtel Wellington sera présenté dans l’Espace Invitation jusqu’au 17 décembre prochain. Saviez-vous que la Galerie d’art du Centre culturel est ouverte tous les soirs de spectacle?