Cashmere, histoire et jardins


Si vous n’êtes jamais allé vous balader du côté de la Maison des arts et de la culture de Brompton, vous avez maintenant trois raisons de plus de le faire. Non seulement le site, situé en bordure de la rivière Saint-François, est enchanteur, mais cet été, les trois événements qui tiennent la tête d’affiche valent le détour.

Hors des murs

 

Le terrain adjacent à la Maison des arts et de la culture de Brompton se transformera, du 23 juin au 19 août, en une grande galerie de land art. Des artistes professionnels, de même que les étudiants au certificat en arts visuels de l’Université de Sherbrooke y créeront chacun un jardin sous le thème du positionnement. En réfléchissant sur les arts et sur la place qu’occupera cette œuvre dans le paysage, les artistes, de même que le public, sont ainsi amené à réfléchit sur l’acte créatif.

Une fois la promenade terminée, prenez quelques instants pour voter pour un jardin favori. L’année prochaine, le récipiendaire du prix du public Desjardins aura la chance de présenter une autre œuvre au marché de la Gare de Sherbrooke. Cette année, c’est Catherine Longpré qui agrémentera la promenade du Lac-des-Nations de son œuvre.

Dans les murs


 

 

À l’intérieur de la maison des arts et de la culture, c’est l’héritage, la modernité et l’originalité qui sont à l’honneur. Par la mise en place de l’exposition Cashmere, vous pourrez admirer des robes faites… de papier hygiénique. Oui, oui! Par l’installation de ces robes inusitées, un lien est tissé entre la culture et la présence de la papetière Kruger, moteur du développement économique de cet arrondissement de Sherbrooke.

Puis, les visiteurs entreront dans deux espaces consacrés à la mise en valeur du patrimoine bâti de Brompton, le tout documenté par des photos d’époque et des objets anciens. Une véritable mise en scène des vœux quartiers de Bromptonville!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire