3 balades printanières à faire à Sherbrooke


Avec le temps qui s’adoucit, les rayons de soleil qui commencent à se pointer le bout du nez et les arbres qui commencent tout doucement à se réveiller, on n’a qu’une seule envie : se dégourdir! À l’heure où les sentiers sont encore bien souvent boueux et fragilisés par le dégel, voici trois suggestions de marche printanière à faire à Sherbrooke.

Psssst : Avis aux amoureuses et aux amoureux d’ornithologie, le printemps est une période particulièrement favorable à l’observation d’oiseaux alors gardez l’œil ouvert!

C’est un secret bien gardé… à cinq minutes du centre-ville de Sherbrooke se trouve un marais unique qui accueille une faune et une flore unique. Il n’est pas rare d’y voir des reptiles et des amphibiens s’y prélasser au soleil. Quant aux oiseaux, ils sont ici les rois! En fait, ils s’y donnent rendez-vous en grande quantité, et ce, du printemps jusqu’à l’automne.

Pour la randonnée, le marais offre un circuit d’un kilomètre sur sentier et sur pilotis permettant ainsi d’entrer de se rapprocher davantage de la nature. Le parcours est également ponctué de tours d’observation. Au total, ce sont ainsi 40 hectares protégés faisant du marais Réal-D.-Carbonneau l’une des dernières zones humides d’importance dans les limites de la ville de Sherbrooke.

La réputation du marais dans la communauté ornithologique n’est plus à faire, on peut y voir, notamment : Canard branchu, Héron vert, Urubu à tête rouge, Canard souchet, Sarcelle d’hiver, Balbuzard pêcheur, Épervier brun, Buse à queue rousse, Aigle royal, Faucon émerillon, Faucon pèlerin, Râle de Virginie, Marouette de Caroline, Gallinule poule d’eau.

Mention spéciale: Merci à beaucoup à Joanne Mégré pour les images d’oiseaux qui ont d’ailleurs toutes été prises au marais Réal-D.-Carbonneau.

 

Gorge de la Magog: mise en lumière du barrage des Abénaquis

Ici, deux parcours vous attendent, soit le sentier du secteur Paton-Frontenac qui entre littéralement dans la gorge de la Magog pour mener jusqu’au barrage Frontenac, et la promenade des Rapides qui relie, à travers le barrage des Abénaquis, les musées des beaux-arts et des sciences.

Se balader dans les sentiers de la gorge, c’est plonger au cœur du développement de Sherbrooke. C’est grâce à la force hydroélectrique de la rivière Magog si Sherbrooke est devenue un berceau du développement industriel des Cantons-de-l’Est.

En passant, la promenade des Rapides est particulièrement jolie le soir venu grâce à son éclairage

Ce trajet, aussi appelé la promenade du Martin-Pêcheur, d’une longueur de 12 kilomètres fait partie intégrante du boisé Lucien-Blanchard longe la rivière Magog pour revenir de l’autre côté de celle-ci jusqu’au lac des Nations. Véritable randonnée urbaine, la faune et la flore y sont très riches, notamment sur les berges de la rivière. Il n’est d’ailleurs pas rare d’y apercevoir un grand héron -que nous avons affectueusement surnommé Henri- près de la passerelle du Martin-Pêcheur. La pêche y est aussi pratiquée… c’est un véritable plaisir de voir tous ces pêcheurs à la mouche en pleine action. Un moment de répit en nature urbaine, ni plus ni moins.

Ce grand héron que nous avons surnommé Henri!